2018-003.DNA.Technique mixte sur toile.116cm x 89cm.JPG

MOON Chang Dawn
-2018-003.DNA.Technique mixte sur toile.116 x 89cm

BR-2018-011.DNA.Technique mixte sur toile.116cm x 81cm.JPG

Chang-Dawn MOON

Le jeune Chang Dawn Moon, Moon pour les intimes, se trouvait loin de sa maison une fin d'après midi, dans les collines bordant la DMZ séparant les deux Corées. Il n'y a pas beaucoup de villes, de routes ou de bus le long de cette limite hyper surveillée par les deux belligérants, mais il y a beaucoup de sauterelles, que Moon cherche à attraper pour les faire griller. voyant la nuit s'approcher, Moon craint de se faire gronder par sa mère, alors il prend le raccourci, passant par le tunnel de chemin de fer. Il marche dans l'obscurité du tunnel, quand il entend un lourd grondement derrière lui...Moon court mais l'énorme vacarme se rapproche, et Moon se plaque terrorisé contre le mur du tunnel, tandis que le train passe derriere lui, la fumée, et la vapeur de la locomotive l'enveloppe, il ressent le soufle de la machine et des wagons dans son dos, jusqu'à ce que le monstre s'éloigne...Moon encore tremblant sort du tunnel, la nuit est tombée, sans lune, Moon est stupéfait par le ciel étoilé, la voie lactée, qui s'offrent à ses yeux d'enfant:

Moon n'a que 5 ans,

Il n'a pas les mots pour décrire le double choc émotionnel , il vient de frôler la mort, et il découvre la splendeur infinie de l'univers. Il ressent l'émotion, il n'a pas de mots.

Depuis cette expérience , Moon cherche à reproduire dans son art ce qu'il ressent , à reproduire l'univers macro et micro, en plus des composants acryliques, il utilise des torches à gaz , de l'acide, de l'eau , une lance à air comprimé, et de la soudure à l'arc, rarement un pinceau, il sculpte aussi pour confronter les composants naturels rivaux ( eau et feu, liquide et gaz).

Comme dans l'univers, Moon part d'une forme embryonaire qui se reproduit pour créer une forme, une morphogénèse.

MORPHOGENESE est le nom de l'exposition de Chang Dawn MOON qu' Artskoco présente à partir du 28 septembre.

En 1989, peu après la fin de ses études de sculpture à l’université de Séoul, Moon Chang Dawn décide de partir pour la France où il suit les cours de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts jusqu’en 1992.  Il y prolonge une exploration d’un thème cosmologique, entamée dès son cursus coréen par la production de sculptures en pierre.

En France, il emploie de manière privilégiée le métal ou des plaques de médium pour symboliser le fonctionnement de l’univers dans des amas de cercles intitulés ADN, dans des engrenages en bas-relief ou dans des motifs foliacés, dont la nervure centrale lui apparaît comme le point de jonction de pôles opposés complémentaires.

Ces formes en amande sont également, depuis 2012, matérialisées au moyen de résine acrylique sur des toiles, où elles constituent de gigantesques vagues, reflets des mouvements du monde.

Moon s'intéresse activement au cosmos et exprime la sublimité de l'espace, infini et merveilleux. Il capture des instants après des explosions dans le cosmos, après le Big bang, dans une métaphore du processus sans fin de création et de disparition en cours dans l'univers, magnifié par la grande échelle de ses peintures.

Moon Chang Dawn  expose  à la galerie  A2Z Art à Paris  et en 2015 au Musée  Cernuschi, en 2019 à l’Exposition peintures, calligraphies et photographies, à l’Espace International Cosmopolis de Nantes. Il a été reçu par  SONAMU, le  groupe  exclusif  des artistes Coréens  à Paris.

Christophe Duplay 

MOON Chang Dawn- 2018-011.DNA. Technique mixte sur toile.116cm x 81cm

MOON Chang Dawn   2020-038. GENE. 

130cm x 75cm. Technique mixte sur sable et toile,

2019-012.GENE.Technique mixte sur toile116 x 89.JPG

MOON Chang Dawn -2019-012.GENE.Technique mixte sur toile116 x 89 cm

2017-021.COSMOS.Technique mixte sur toile.130 x 81.jpg

La respiration du cosmos – l'univers de Moon Chang Dawn L'artiste coréen Moon Chang Dawn, qui vit et travaille à Paris depuis trente ans, débute sa carrière artistique en tant que sculpteur avant de se tourner vers la peinture. Grâce à sa pratique de l'art de la sculpture, il développe un sens particulier de l'espace et de la profondeur dans ses œuvres. L'espace tridimensionnel est projeté sur une surface en deux dimensions et crée ainsi du relief et de la profondeur. Moon s'intéresse activement au cosmos et exprime la sublimité de l'espace, infini et merveilleux. Il capture des instants après des explosions dans le cosmos, après le Big bang, dans une métaphore du processus sans fin de création et de disparition en cours dans l'univers, magnifié par la grande échelle de ses peintures. Les peintures de Moon, remplies de micromouvements et d'événements qui se déroulent dans le processus entropique qui se déroule dans l'univers, révèlent une sorte de plan d'immanence ambigu et stratifié. Au-delà du temps et de l'espace, ses peintures nous font ressentir l'ordre de l'univers et expérimentent le cosmos à un niveau imaginaire. Ils montrent le processus menant à l'abstraction. Le mouvement qui y circule est exempt de gravité et décentré. C'est un mouvement flottant qui se reproduit sans cesse dans un processus d'expansion et de contraction, de création et de disparition, pour finalement devenir une figure informelle. Ce processus constant de morphing dévoile l'état de l'image. Cette figure informelle, indéfinie et ouverte, est évocatrice de la circulation de tout ce qui existe et vit dans l'univers qui se déconstruit/reconstruit dans le temps. Dans d'autres œuvres, des formes géométriques simples se reproduisent et se chevauchent comme des cellules en division qui prolifèrent dans un processus sans fin dans une construction à grande échelle. De cette manière contradictoire, l'informel et le géométrique coexistent dans un processus d'anti-forme semblable au processus multisensoriel de formation du sujet. Dans les œuvres bidimensionnelles de Moon Chang Dawn, l'espace qui semble rempli de vapeur ainsi que la lumière diffuse créent un espace flottant dans une perception gazeuse, brumeuse et une impression de mystère. Moon Chang Dawn capture des moments de la respiration immatérielle de l'univers vu comme un corps sans limites. Son travail suggère l'acte photographique, et l'accumulation de ces moments crée un objet comme une chose dans un troisième espace intermédiaire ambigu entre la peinture et la sculpture. Avec Moon Chang Dawn, le processus de création artistique ne suit pas les lignes traditionnelles. Moon verse et vaporise de la peinture sur la toile, il brûle et refroidit les matières. Dans cette action créatrice, certains événements se produisent accidentellement : c'est comme une respiration et une vibration. Des fissures apparaissent dans la toile et les matières s'accumulent à des degrés divers. Les superpositions de strates créent l'image d'un mouvement suspendu, elles révèlent un processus de disparition, et rendent le temps perceptible dans l'espace. Les frontières s'effacent et s'enchevêtrent à mi-chemin entre l'abstrait et le figuratif, le matériel et l'immatériel. La figure ambiguë qui en résulte, qui passe par tout un processus d'érosion et de corrosion, évoque un monde inconnu et étrange, semblable à la surface de la lune ou à une explosion. En fait, tout ce qui existe est en mouvement. Le mouvement est l'image de la matière. Les œuvres de Moon Chang Dawn nous permettent de percevoir cette réalité. La pratique de Moon des arts de la sculpture, de la peinture et de la photographie nous laisse peut-être voir que ces genres ne peuvent être que des formulations différentes de la question de l'essence et de la disparition de l'existence. La respiration immatérielle de l'univers apparaît comme la métaphore de la présence et de l'absence, de l'existence corporelle et de sa dissolution, et le détail représente le tout. Dans cet état gazeux, les sensations sont multiples, tactiles et olfactives. Cela fait résonner un écho de Vanitas résonnant dans un espace flottant. C'est un espace où Moon Chang Dawn nous fait sentir l'énergie invisible qui éclate dans le cosmos alors qu'elle est amenée à l'existence dans le processus de naissance.

KIM, Sou-Hyeun PhD. Histoire de l'art. Commissaire Biennale de Busan (2014)

MOON Chang Dawn -2017-021.COSMOS.Technique mixte sur toile.130 x 81cm

MOON Chang Dawn -2016-028.COSMOS.Technique mixte sur toile.196 x 160 cm